chant prenatal

Le chant prénatal, un formidable complément à la préparation à l’accouchement!

Intervenante Beya

Beya Barkous est animatrice de chant prénatal, mais pas que: elle a une double formation de musicienne et de thérapeute. Elle a découvert le chant prénatal pendant sa première grossesse, et a tellement adoré qu’elle a décidé de continuer à pratiquer pour pouvoir enseigner cette discipline.

Quant elle nous l’a faite découvrir, nous avons eu un vrai coup de coeur. Le chant prénatal est un outil incroyable pour la préparation à l’accouchement, et reste pourtant encore une discipline mal connue en France.

Le chant prénatal, c’est quoi et à quoi ça sert?

Le chant prénatal prénatal est une technique très ancienne, qui remonte au temps des pharaons.

C’est donc un complément de la préparation à l’accouchement : chanter permet de maîtriser sa douleur pendant l’accouchement, via la maîtrise de sa respiration. Quand on a mal, on crie : savoir associer le cri au chant permet à la femme enceinte, le jour de l’accouchement, de gérer sa douleur, de jouer avec.

 La voix est beaucoup plus puissante qu’on ne l’imagine : le chant permet de guider sa respiration et de masser les parties du corps en souffrance pendant l’accouchement. Par exemple, les sons graves massent le périnée et le bassin via les vibrations. Il faut aussi savoir que le chant agit sur le rythme cardiaque et le taux d’oxygène : la respiration est plus calme, cela aide à se détendre et à retrouver son bien-être ; de plus, on sécrète de l’ocytocine quand on chante, d’où l’intérêt de chanter pendant l’accouchement.

En outre, le chant permet d’établir un contact avec son bébé, en permanence bercé par le son de la voix de sa maman, qui est son premier contact avec le monde extérieur.  Le chant prénatal permet aussi d’associer le papa à la grossesse : en effet le bébé reçoit toutes les fréquences, mais en particulier les fréquences basses, qui passent par le liquide amniotique. Le papa peut donc poser sa gorge sur le ventre, et faire des sons graves, qui vont faire vibrer le liquide amniotique et bercer le bébé, le rassurer. Chanter attire plus l’attention, le bébé y est plus attentif, ça stimule toutes les parties du cerveau : pas besoin de comprendre, c’est juste beau. Si on le fait assez régulièrement, après la naissance le bébé reconnaîtra la voix de son papa, qui lui sera familière et rassurante.

Comment se déroule une séance ? Est-ce qu’il faut déjà savoir un peu chanter ?

Non, pas du tout ! Pas besoin de savoir chanter. Tout être humain possède un instrument de musique, qui est sa voix. Parler, c’est aussi chanter. On va simplement utiliser sa voix et ses vibrations sonores.

Chaque séance est une invitation au lâcher prise. On commence par se poser, respirer simplement. Puis on va aller chercher la voix par les fréquences les plus basses  en faisant des « ah » de plus en plus haut, tout en observant ce qui se passe dans le corps et la réaction du bébé (si possible, il est encore mieux de venir avec son conjoint).

Puis on va masser son ventre, la tête, les épaules, le corps, tout en chantant des berceuses et des comptines, qui vont bercer le bébé.

On peut utiliser le bol tibétain, pour permettre à la femme enceinte de comprendre ce que son bébé ressent comme vibrations quand elle utilise sa voix. C’est comme un massage sonore.

Quels sont les bienfaits de cette pratique pour la future maman ?

Le chant est une forme de respiration : on apprend à respirer et expirer avec la voix pour expirer toutes les tensions. Le chant prénatal peut aider à mieux se connaître, à être en connexion avec son corps. Le ressentir – ce qui est particulièrement important pendant cette période qu’est la grossesse.

Chanter en étant à l’écoute de son corps est une invitation à s’accepter, à s’écouter, à accueillir ses émotions et son ressenti par rapport à sa voix. C’est comme débloquer quelque chose pour toute la vie. Car on pourra continuer à pratiquer le chant après la grossesse : pour se détendre, pour méditer, pour rester à l’écoute de son corps.

A partir de quel stade de grossesse peut-on pratiquer le chant prénatal ?

A partir du moment où l’ouïe du bébé est développée, soit à partir du 2e trimestre (4e mois). On peut ensuite pratiquer jusqu’au jour de l’accouchement – et même après !

A quel rythme recommandes-tu de pratiquer le chant prénatal ?

L’idéal est de faire une séance par semaine à partir du 4e mois pour maîtriser sa respiration, mais c’est en fonction du ressenti de chacun.

Une fois qu’on a fait plusieurs séances on peut pratiquer seule, chez soi, avec une routine d’exercices – exactement comme du yoga.

 La femme enceinte doit faire confiance à son corps et écouter son besoin. Faire l’exercice du lâcher prise, c’est difficile. On a que 5 mois jusqu’à l’accouchement. Mais le chant prénatal aide aussi pour après, à savoir respirer, à avoir confiance en son corps.

Combien de temps dure une séance ? Combien cela coûte-t-il ?

Une séance dure 1h30 ; le prix dépend du nombre de participants, mais tourne autour de 35 euros la séance en groupe.

 Où peut-on pratiquer ?

Chez Matriochka avec Beya (Cf. ci-dessous) ! 😉

Merci Beya !

Si vous voulez voir à quoi ressemble une séance de chant prénatal, cliquez sur la vidéo!

Pour réserver un cours c’est par ici ⬇️